Création d'une épicerie sociale et solidaire à Guéret

Bientôt, une épicerie sociale et solidaire verra le jour en Creuse.

Création d'une épicerie sociale et solidaire à Guéret
25/01/2016
  • Sur le plan national :

 

Avec plus de 700 épiceries sociales et solidaires servies, les Banques Alimentaires sont le 1er fournisseur de ces structures associatives. Depuis quelques années, les Banques Alimentaires développent, en collaboration avec leurs partenaires associatifs, des modes de distribution d’accompagnement alimentaire innovants, comme les épiceries sociales qui prennent en compte ces besoins d’accompagnement et d’écoute.

L’accompagnement alimentaire est plus que jamais une porte d’entrée à l’écoute et au dialogue. Elle permet de rompre l’isolement dans lequel sont parfois plongées les personnes en situation de précarité.

 

  • En Creuse :

 

Une épicerie sociale et solidaire devrait voir le jour prochainement sur Guéret. Ce projet est à l'initiative du C.C.A.S. de Guéret. La Banque Alimentaire de la Creuse viendra en aide en tant que prestataire de service.

Certains de nos bénévoles ont déjà participé à certaines réunions et ont également pu visiter l'épicerie sociale de Vierzon et de Brive.

A suivre...!

 

LES BANQUES ALIMENTAIRES, SOUTIEN DES ÉPICERIES SOCIALES ET SOLIDAIRES

Les Banques Alimentaires fournissent plus de 700 épiceries sociales et solidaires dans la France entière. Outre cet aspect logistique, elle soutiennent nombre d'entre elles dans leur aménagements et leurs équipements. Les Banques Alimentaires accompagnent également le processus de création de plusieurs dizaines d'épiceries sociales par an : recherche de locaux, négociation avec les institutionnelles, recherche de partenaires...

COMMENT FONCTIONNE UNE ÉPICERIE SOCIALE / SOLIDAIRE ?

Le plus souvent elles sont parrainées, voire créées sous l’égide des CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) dans les villes. Les municipalités mettent des locaux à leur disposition, dans lesquels sont aménagés des rayonnages, comme dans une épicerie ou une superette, de manière à présenter les produits disponibles. 
Une épicerie sociale / solidaire propose donc aux bénéficiaires un grand choix de produits, moyennant une petite participation ficnancière. Disposés dans les rayons, les denrées sont vendues à très bas prix (en principe 10% du prix des grandes surfaces). Ces produits sont en grande partie fournis par les Banques Alimentaires. On y trouve de tout : fruits et légumes, laitages, viande, produits secs...

LE VOLET  SOCIAL

Au-delà de cet accompagnement alimentaire purement matérielle, les bénévoles des épiceries sociales et solidaires ont à cœur de recevoir dignement ces personnes en difficulté, en leur offrant une écoute, un environnement le plus convivial possible, un café, et donc un accompagnement social pour apporter un peu de chaleur à la relation. Elles expliquent aussi comment cuisiner ou améliorer certaines denrées ou conserves, en donnant des recettes. Un "coin accueil" est souvent aménagé dans les locaux.
Par ailleurs, le fait de payer les achats, même à un prix très modique, donne aux personnes reçues le sentiment d'être valorisées et de sortir de l’assistanat pur et simple. On a ici une autre approche, ne plus être obligé d’accepter "ce qu’on nous donne".

LES ÉPICERIES SOCIALES ÉTUDIANTES

« Lorsqu’un étudiant doit faire des choix, ce sont toujours les dépenses liées à l’alimentation et à la santé qui sautent en premier », explique Pènda Bourrié, coordinatrice des projets de la FAGE. 
Plusieurs universités ont donc mis en place des épiceries sociales pour leurs élèves. L’accès est réservé aux étudiants en situation de précarité, orientés vers l’épicerie sociale par les assistantes sociales du CROUS en fonction de leur “reste à vivre”. Ces étudiants peuvent ainsi venir remplir leur panier pour 5 ou 10 euros, une fois par semaine. Ils peuvent aussi apprendre cuisiner des produits de saison, en “conditions étudiantes”, c’est à dire avec une plaque électrique et un micro-ondes...
La Banque Alimentaire de Bourges a soutenu la création de l'ESOPE et la Banque Alimentaire 54 milite pour l'ouverture d'une épicerie sociale étudiante à Nancy.  

QUI SONT LES "CLIENTS" DES EPICERIES SOCIALES ET SOLIDAIRES ?

Ce sont des personnes en difficulté, qui répondent à des critères de revenus. C'est plus précisément le "reste à vivre" (ce qui reste pour vivre après paiement du loyer, énergie, téléphonie, etc…) qui est pris en considération, en fonction du nombre de personnes composant la famille. 
Contrairement à certaines idées reçues, ces personnes doivent d’abord prendre contact avec les travailleurs sociaux (assistantes sociales notamment). Ces derniers montent un dossier de demande d’accompagnement  alimentaire qui est présenté à une commission de pilotage comprenant principalement les travailleurs sociaux, les responsable des épiceries sociales, de la CAF, de la Banque Alimentaire, du CCAS. Elle se réunit en principe une fois par mois pour statuer sur l’accord d‘une aide sous forme d’aliments, et pour une durée déterminée, en général 3 à 6 mois éventuellement renouvelable après réexamen du dossier en fonction de l’évolution de la situation.
Une carte d’accès à l’épicerie sociale est délivrée pour un certain montant et émargée à chaque passage, en principe hebdomadaire.

 

Pour aider les porteurs de projets d'épiceries sociales, nous proposons leGuide "Créer Gérer Animer une Epicerie Sociale" (conseils pratiques, suggestions et exemples destinés à faciliter la mise en œuvre et la réussite de ce projet).