Le CCAS de Guéret inaugure officiellement son épicerie sociale et solidaire, Papote et mijote

Le CCAS de Guéret inaugure officiellement son épicerie sociale et solidaire, Papote et mijote
08/02/2018

La première épicerie sociale et solidaire de Creuse est inaugurée aujourd'hui, à Guéret. Elle est ouverte à toutes les personnes à petit budget qui souhaitent économiser de l'argent pour investir dans un projet. Rencontre avec l'équipe du CCAS et les bénévoles qui la gèrent.

 

L'enseigne n'est pas encore accrochée. Les ouvriers s'affairent. Encore quelques coups de perceuses et Papote et mijote apparaît en lettres roses sur la façade grise de la nouvelle épicerie sociale et solidaire.

Un projet né de la réflexion mené sur la politique de la ville et de la création du quartier prioritaire Albatros. « Le CCAS a contribué en travaillant sur l'alimentation. C'est à ce moment-là qu'est née l'idée d'une épicerie comme nouvel outil social et solidaire » raconte Marie-Christine Guyonnet, directrice du CCAS. Mais chaque épicerie est différente.

 

Implication des bénévoles et des bénéficiaires

A Guéret, l'équipe du CCAS a décidé d'inclre une équipe de bénévoles dans le projet et opté pour des bénéficiaires qui deviennent les acteurs de leur propre projet. En effet, deviendra bénéficiaire tout Guérétois qui dispose d'un petit budget et a besoin de financer un projet ou de rembourser une dette. « Nous avons choisi de ne pas regarder les barèmes classiques. Ainsi, l'épicerie ne sera pas seulement ouverte à ceux qui perçoivent les minima sociaux mais aussi à ceux qui se trouvent au-dessus du plafond et connaissent une difficulté passagère.»

Les bénéficiaires envoyés par les travailleurs sociaux, auront droit à un tarif privilégié. Les produits seront vendus 20 à 30 % de la valeur réelle. Soit une économie de 70 à 80 euros réalisés pour un caddie à 100 euros. Des tarifs qui ne sont pas affichés de la même façon.

Martine Verdeau et ses collègues bénévoles viennent de terminer l'étiquetage. Un étiquetage composé de vignettes de couleurs, en fonction du fournisseur. « Il y a trois semaines, personne ne se connaissait et là il y a déjà une dynamique entre nous. Si je me suis engagée c'est parce que l'équipe du CCAS est formidable. Je les ai connus car j'ai participé à un groupe de parole pour les aidants familiaux. » Et Monique espèrebien apporter une contribution active. « Avec l'âge et tout ce que j'ai appris, notamment quand j'ai été malade, j'aimerais bien transmettre mes connaissances en insistant sur l'importance de l'alimentation sur la santé. Plutôt qu'un petit pot, pourquoi ne pas concocter une purée de carottes soi-même pour retrouver les vrais goûts car les légumes sont importants. » De la même façon, Chantale Carré, ancienne enseignante, aimerait bien cuisiner avec les enfants... Et cela devrait être possible puisque l'épicerie dispose d'une grande cuisine qui pourra accueillir toute sorte d'atelier.

 

Un lieu d'échanges pour rompre l'isolement 

Un espace convivialité a également été aménagé, à côté de l'entrée. Ce qui a tout de suite séduit Martine Juillet. Pour cette nouvelle bénévole, « il y a beaucoup de gens qui souffrent d'isolement et vivent des situations difficiles. Créer un lieu de rencontre comme l'épicerie est une idée formidable ! » L'épicerie a été conçue pour que toute personne accueillie puisse se poser dans un fauteuil, boire un café, papoter, voire cuisiner dans un atelier. Comme le résume Séverine Debrosse, coordinatrice de l'épicerie, « ce lieu est aussi un lieu d'échanges, créateur de lien social, déstiné à rompre l'isolement. »

 

L'épicerie. Ouverte toutes les après-midi, sauf le mercredi, à partir de 13h30, avenue Louis-Laroche.