Un peu de beurre dans les épinards de plus en plus rare - L'Echo de la Creuse

Un peu de beurre dans les épinards de plus en plus rare - L'Echo de la Creuse
26/01/2016
La Banque Alimentaire a reçu un chèque de 7.700 € de la part du Crédit Agricole. Si cette action de mécénat a été d'un grand secours, la Banque Alimentaire de la Creuse s'inquiète toutefois de la diminution des subventions dont elle est dépendante.

 

La Banque Alimentaire de la Creuse recevait un chèque de 7.700 € remis au nom du mécénat Crédit Agricole Centre France. Une aide bienvenue pour une structure qui ne vit que de subventions et de dons toujours plus compliqués à dénicher. "Le budget a été bouclé grâce au mécénat. Ca c'est un exemple. 7.700 € ça aide beaucoup au fonctionnement", souligne Alain Gravillon, président de la Banque Alimentaire de la Creuse. Cette somme, accordée pour 2015, a permis de poursuivre l'aménagement de la Banque Alimentaire qui s'est installée, en 2014, zone artisanale du Clocher à Saint-Sulpice-le-Guérétois.

Seulement voilà, le mécénat n'est que ponctuel. Les actions reconductibles, ce sont les actions des partenaires : l'Etat, le département, la communauté d'agglomération du Grand Guéret... et les grandes mairies du département, où sont basées les 23 associations partenaires de la BA.

"On a toujours procédé comme ça", rappelle Alain Gravillon. "Sans subventions des partenaires, on ne pourrait pas exister".

Celles-ci en 2015 ont, pour certaines, été reconduites à l'identique à 2014 malgré la demande d'augmentation d'Alain Gravillon, diminué pour d'autres. Certaines demandes sont restées sans réponse. Aussi le président est-il inquiet quant aux subventions de 2016.

3.000 Creusois bénéficient de l'aide de la Banque Alimentaire... et comme tout le monde, ils ont besoin de manger. De plus la Banque Alimentaire, qui emploie 5 contrats aidés, est agréée pour recevoir des volontaires en mission de service civique. "On participe aussi à l'inclusion des jeunes. Tout ça, si on n'a pas d'aides pour que la boutique fonctionne, ça s'arrête", prévient le président.

Par ailleurs, tous les ans, les Banques Alimentaires font 48 heures de collecte. Celle de novembre 2015 a permis de récupérer 21 tonnes de denrées, l'équivalent de près d'un mois de distribution. 7 tonnes de pâtes ont été récoltées contre 4 en 2014. Malgré une baisse de leurs moyens, la solidarité compte toujours pour les Creusois que remercie la Banque Alimentaire.

Côté projet, l'un des objectifs pour 2016 est la mise en place d'ateliers cuisine itinérants sur le département via une cuisinette mobile financée par les subventions... .